Enregistrements de musique de chambre

Le premier enregistrement d’une œuvre de musique de chambre de Magnard a été réalisé en 1964, grâce à l’impulsion du grand musicologue belge et fervent magnardien Harry Halbreich. Il s’agissait de la Sonate pour violon et piano, par le violoniste canadien Hyman Bress et le pianiste français Olivier Alain. Elle n’a malheureusement jamais été reprise en CD.

Sonate pour violon par Bress & Alain

Il a fallu attendre 1978 pour que soit enregistrée la Sonate pour violoncelle et piano, par les français James Lyon et Patrice d’Ollone. Elle non plus n’a pas encore bénéficié d’un report en CD.

Sonate pour violoncelle par Lyon & d'Ollone

Les années 1980

Tout s’est alors emballé. L’éditeur Accord a fait enregistrer, entre 1983 et 1989, l’intégrale de la musique de chambre (qui, dans la mesure où l’on y trouvait également toute l’œuvre pour piano, toutes les mélodies, et la Suite dans le style ancien dans sa version pour piano à quatre mains, constituait en réalité l’intégrale des œuvres de Magnard ne faisant pas appel à l’orchestre). Sans citer ici tous les interprètes de cette formidable entreprise (ils le seront dans la page dédiée à cette intégrale), notons tout de même que l’ensemble du projet tourne autour du pianiste Christoph Keller, qui, à l’exception bien entendu du Quatuor à cordes, participe à tous les enregistrements.

Musique de chambre chez Accord

Peu d’autres enregistrements de musique de chambre ont été réalisés pendant ces années 1980. Mais il s’agissait d’interprètes d’envergure internationale :

le Quatuor à cordes par le Quatuor Via Nova (1985)

Quatuor par Via Nova

et la Sonate pour violon et piano par Augustin Dumay et Jean-Philippe Collard en 1989.

Sonate pour violon par Dumay & Collard

Et puis, la Sonate pour violoncelle et piano a été très bien servie, avec trois autres enregistrements :

Mark Dobrinsky et Alexandre Rabinovitch en 1980,

Sonate pour violoncelle par Drobinsky & Rabinovitch

Simca Heled et Jonathan Zak en 1985,

Sonate pour violoncelle par Heled & Zak

et Roland Pidoux et Jean-Claude Pennetier en 1986.

Sonate pour violoncelle par Pidoux & Pennetier

Les années 1990

Elles furent celles du Trio pour violon, violoncelle et piano avec, en quelques années, quatre nouveaux enregistrements, alors que jusque-là seul celui de l’intégrale Accord avait été réalisé :

Laurent Martin au piano, Benoît Fromanger à la flûte et le Trio d’anches OZI en 1994,

Quintette par Martin

Renée Lavergne au piano et La Société des Vents de Montréal en 1997,

Quintette par Vents de Montréal

l’Aura Ensemble en 1997,

Quintette par Aura Ensemble

et Luiz Fernando Benedini, Christine Nield, Robert Weiner, Margaret Donaghue, et Luciano Magnanini en 1999.

Quintette par Benedini

En cette fin du XXe siècle, signalons ensuite deux enregistrements de la Sonate pour violon et piano, tous deux réalisés en 1996 et couplés avec la Sonate de César Franck (couplage assez courant, comme nous le verrons dans la page dédiée aux enregistrements de la Sonate pour violon et piano) :

Emmanuele et Lorenzo Baldini

Sonate pour violon par Baldini & Baldini

et Monique Frasca-Colombier et Michelle Langot.

Sonate pour violon par Frasca-Colombier & Langot

Comme l’on pouvait s’y attendre, Magnard a été célébré, au disque, parmi d’autres compositeurs dont le sort fut lié à la Grande Guerre. Il y eut ainsi une anthologie intitulée « Les musiciens dans la tourmente », dans laquelle le Quatuor Scaldis a enregistré le mouvement lent (« Sérénade ») du Quatuor à cordes, en 1999.

Quatuor (extrait)

À l’opposé, du point de vue de la place de Magnard sur un disque, le premier enregistrement de musique de chambre exclusivement consacré à Magnard (hors l’intégrale Accord bien entendu) est paru en 1997, avec le Trio et la Sonate pour violoncelle et piano, joués par Hüseyin Sermet, Régis Pasquier et Xavier Phillips. Par la suite, il restera très rare que des enregistrements de musique de chambre de Magnard ne soient pas couplés avec d’autres compositeurs.

Trio & Sonate pour violoncelle par Sermet

Le XXIe siècle

En-dehors du justement célèbre enregistrement du Quatuor par le Quatuor Ysaÿe en 2004,

Quatuor par Ysaye

ce début de XXIe siècle est marqué par de nombreux enregistrements des deux Sonates.

La Sonate pour violoncelle et piano, par quatre fois :

Mats Lidström et Bengt Forsberg en 2000,

Sonate pour violoncelle par Lidström & Forsberg

Eric-Maria Couturier et Laurent Wagschal en 2001,

Sonate pour violoncelle par Couturier & Wagschal

Alain Meunier et Philippe Guilhon-Herbert en 2011 (avec toute la musique pour piano),

Sonate pour violoncelle par Meunier & Guilhon-Herbert

et Valentin Rudutiu et Per Rundberg en 2012.

Sonate pour violoncelle par Radutiu & Rundberg

Et puis la Sonate pour violon et piano, par cinq fois :

Andrew Hardy et Uriel Tsachor en 2005 (dans un coffret de huit sonates dédiées à Eugène Ysaÿe),

Sonate pour violon par Hardy & Tsador

Irina Muresanu et Dana Ciocarlie en 2005,

Sonate pour violon par Muresanu & Ciocarlie

Geneviève Laurenceau et Oliver Triendl en 2012 (avec Maximilien Hornung pour le Trio),

Sonate pour violon & Trio par Laurenceau & Triendl

Gérard Poulet et Jean-Claude Vanden Eynden en 2013,

Sonate pour violon par Poulet & Vanden Eynden

et Judith Ingolfsson et Vladimir Stoupel en 2015.

Sonate pour violon par Ingolfsson & Stoupel

Et, surtout, une seconde intégrale a été réalisée par le label Timpani (mais, alors que chez Accord il y avait également toute la musique pour piano, avec ou sans voix, ici il n’y a que la seule musique de chambre) en 2014, avec Laurent Wagschal, Solenne Païdassi, Camille Thomas, le Quatuor Elysée et l’Ensemble Initium.

Musique de chambre chez Timpani