« En Dieu mon espérance et mon espée pour ma défense »

pour piano. Opus sans numéro.

Composition : novembre 1888.

Création : Aucune exécution publique.

Dédicace : « À Arsène Vigeant, mon maître et ami. »

Édition : Catalogue de l’escrime, février 1889. Actuellement introuvable.

Présentation :